Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🌏 RÉFUGIÉS : HYPOCRISIE SANS LIMITE

mars 16, 2022

«Pour échapper à la guerre en Ukraine, trois millions de personnes ont quitté leur pays. Chaque seconde, un enfant devient un réfugié. Un drame humain. Au cœur même de notre continent. Des femmes et des enfants, par milliers, arrivent chaque jour en Pologne et en Moldavie. Comme par le passé pour les Irakiens, Syriens, Afghans, l’Union européenne et la France se sont mobilisées pour héberger, soigner et accompagner.»

C’est le message diffusé sur Twitter, ce mardi 15 mars 2022, par le président français en campagne électorale. De quelle manière «l’Union Européenne et la France» se sont-elles «mobilisées pour héberger» les réfugiés jusqu’à présent ?

➡️ À Calais, des tentes sont régulièrement lacérées lors d’opérations policières, y compris en plein hiver, pour empêcher à quiconque de pouvoir s’y abriter.

➡️ À Calais ou Grande Synthe, en plus des salves régulières de grenades lacrymogènes et des tirs de LBD sur les camps de réfugiés, des CRS ont utilisé leurs gazeuses pour empoisonner des bidons d’eau potable.

➡️ Cet hiver 27 personnes se sont noyées dans la Manche en tentant de traverser. Elles avaient appelé les secours français. Qui n’ont pas bougé. Plus au sud, en Méditerranée, ce sont des milliers de personnes qui meurent chaque année.

➡️ Dans les Centre de Rétention on enferme, on brutalise, on humilie et on expulse celles et ceux qui n’ont pas les bons papiers.

➡️ Non seulement l’État persécute les réfugiés, mais il réprime aussi celles et ceux qui les aident. Cédric Herrou, dans le Sud de la France a été poursuivi en justice pendant des années pour avoir fait acte de solidarité. Dans le Nord des associations sont régulièrement réprimées. Dans l’Ouest des collectifs qui réquisitionnent des bâtiments vides pour abriter les personnes à la rue subissent les attaques de la police.

➡️ L’Union Européenne finance des «canons à son» et des drones pour militariser ses frontières. À la frontière polonaise, des familles sont mortes de froid cet hiver.

La réalité, c’est cette barbarie légale, quotidienne, officielle. Des moyens colossaux pour expulser, dissuader, rendre la vie impossible aux réfugiés. Mais il y a peut-être plus abject : recouvrir ces actes terribles, prémédités et validés au sommet de l’État, faire oublier le tri entre êtres humains par des discours mensongers sur les «drames» et le prétendu «hébergement» mis en œuvre, alors qu’il n’en est rien.