Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

💡 OUEST FRANCE : DÉBUNKAGE DE FAKE NEWS

janvier 22, 2022

Nous savions que la presse dominante prenait quelques libertĂ©s avec la vĂ©ritĂ©, mais l’article du journal Ouest-France sur la manifestation du 21 janvier Ă  Nantes dĂ©passe les limites. Sous le titre «la manifestation contre les mesures excessives du gouvernement dĂ©gĂ©nère», le quotidien publie une sĂ©rie de pures inventions. A commencer par l’intitulĂ© mĂŞme : personne ne manifestait «contre les mesures excessives du gouvernement», mais contre l’extrĂŞme droite, pour les libertĂ©s, contre le gouvernement Ă  la rigueur.

Plus insolite encore, selon le journaliste, les flambeaux Ă©taient destinĂ©s Ă  «fĂŞter l’anniversaire de la crĂ©ation de la section des anti fa». D’oĂą vient cette information ? Les flambeaux seraient donc des sortes de bougies ? Qu’est-ce que la «section des anti fa». Et de quel anniversaire s’agit-il ? Mystère.

Le plus gros mensonge, en quelques lignes seulement : les manifestants auraient tentĂ© «d’incendier» un magasin ZARA. Si nos reporters ont bien constatĂ© sur place le bris d’une vitrine de cette enseigne de vĂŞtements, il n’y a pas eu de tentative d’incendie. En revanche, il est possible d’apporter quelques prĂ©cisions sur la multinationale ZARA, afin de donner des Ă©lĂ©ments de contexte aux lecteurs.

➡️ ZARA, une enseigne esclavagiste ? La justice française a ouvert l’Ă©tĂ© dernier une enquĂŞte pour «recel de crimes contre l’humanité» contre plusieurs marques de textiles, dont ZARA, accusĂ©e d’avoir profitĂ© du travail forcĂ© de la minoritĂ© OuĂŻghoure en Chine. La minoritĂ© musulmane y subit une politique concentrationnaire, le rĂ©gime chinois rĂ©duisant les OĂŻghours au travail forcĂ©. Pour le compte d’entreprises donc. L’enquĂŞte est ouverte pour «recel de crimes contre l’humanité» par le pĂ´le «crimes contre l’humanité» du Parquet national antiterroriste. Parmi les plaignant-es, une OuĂŻghoure ayant Ă©tĂ© internĂ©e dans la province du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.

➡️ Design nausĂ©abond – En 2014, ZARA a produit en rĂ©fĂ©rence Ă  la sĂ©rie amĂ©ricaine «Orange is the New Black» des T-shirts avec le slogan «White is the New Black». D’un goĂ»t douteux. Mais le plus grave a Ă©tĂ© la mise en vente de T-shirts pour enfants, rayĂ© bleu et blanc accommodĂ© d’une Ă©toile jaune Ă  six branches… Une tenue Ă©voquant les camps de concentration, qui a provoquĂ© la polĂ©mique. Pour se justifier, l’enseigne avait prĂ©tendu que la fameuse Ă©toile faisait rĂ©fĂ©rence au «shĂ©rif».

➡️ Profilage racial – En juin 2015, une Ă©tude amĂ©ricaine rĂ©vĂ©lait que l’enseigne Zara pratiquerait le profilage racial de ses clients. RĂ©alisĂ©e par le Center for Popular Democraty – dont la mission est de promouvoir l’Ă©quitĂ© – qui a interrogĂ© 251 employĂ©s de l’enseigne Zara Ă  New-York, l’enquĂŞte dĂ©montrait qu’un grand nombre d’entre eux pratiquent le profilage racial sur les clients en magasin. Autrement dit, lorsqu’un client dĂ©terminĂ© comme «suspect» – et donc susceptible de voler – entre dans un magasin, un employĂ© aurait pour consigne de surveiller ses faits et gestes.

Alors qu’une rĂ©solution sur le «gĂ©nocide des OĂŻghours» vient d’ĂŞtre adoptĂ©e par le Parlement français, il aurait Ă©tĂ© pertinent que l’article de Ouest-France, plutĂ´t que d’inventer un «incendie», donne ces Ă©lĂ©ments de rĂ©flexion. Peut-on plaindre une enseigne accusĂ©e de complicitĂ© de gĂ©nocide ? Du verre brisĂ© est-il plus important que la rĂ©duction en esclavage d’une minoritĂ© ethnique ? Chacun choisira ses prioritĂ©s morales.