Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

đź”´ AVANT D’ASSASSINER LE RUGBYMAN ARAMBURU, LES NÉO-NAZIS ONT PASSÉ LA SOIRÉE AVEC UN POLICIER đź”´

mai 1, 2022

Les tireurs étaient pourtant interdits de paraît à Paris.
Des sigles de la police nationale retrouvĂ©s chez le tueur d’extrĂŞme droite


C’est une affaire d’État. Probablement l’une des plus graves et les plus inquiĂ©tantes des 5 dernières annĂ©es. Pourtant, quasiment aucun mĂ©dia national n’en parle. La classe politique fait comme si cela n’avait mĂŞme pas eu lieu. Les rares informations Ă©manent de la presse sportive spĂ©cialisĂ©e.

Dans les derniers jours de la campagne prĂ©sidentielle, le 19 mars dernier, deux nĂ©o-nazis agressent un homme, non-blanc, qui leur demande une cigarette. Les injures racistes fusent. Un rugbyman argentin cĂ©lèbre, Ă  la carrière internationale, s’interpose : Federico MartĂ­n AramburĂş. Avec son ami, ils sont rouĂ©s de coups par les nĂ©o-nazis. Le plus violent, LoĂŻk Le Priol, ancien du GUD – groupuscule violent d’inspiration fasciste –, dĂ©jĂ  poursuivi pour des actes de torture, exhibe un brassard de police.

L’altercation ne s’arrĂŞte pas lĂ . Les nĂ©o-nazis reviennent armĂ©s, dans une jeep. LoĂŻk Le Priol abat de plusieurs balles dans le dos Federico MartĂ­n AramburĂş. Le père de famille meurt peu après. AssassinĂ© par balle, en plein Paris, pour avoir rĂ©agi Ă  une agression raciste. Ces faits, Ă  eux seuls, auraient du provoquer un sĂ©isme politique. Il n’en est rien.

Les informations qui continuent de tomber montrent que l’affaire est encore plus sombre. Plusieurs jours plus tard, le tueur est arrĂŞtĂ©, non pas par la police française, mais Ă  la frontière ukrainienne oĂą il s’apprĂŞtait Ă  rejoindre le front. Chez son complice, les enquĂŞteurs retrouvent un buste d’Hitler et plusieurs armes. De quelles complicitĂ©s ont-t-il bĂ©nĂ©ficiĂ© ? Comment le tireur a pu parcourir ces milliers de kilomètres après avoir exĂ©cutĂ© un homme au cĹ“ur de Paris ?

Ă€ prĂ©sent, le journal spĂ©cialisĂ© dans le monde du rugby explique qu’au «domicile de LoĂŻk Le Priol, des effets siglĂ©s Police, entre autres, ont Ă©tĂ© retrouvĂ©s.» Encore plus fou : «un policier de la DRPJ (direction rĂ©gionale de la police judiciaire) aurait passĂ© une partie de la soirĂ©e avec Le Priol et Bouvier, avant l’altercation puis les coups de feu.» Les complicitĂ©s entre police et criminels d’extrĂŞme droite sont donc avĂ©rĂ©es, et cela ne sort que maintenant, des semaines après les faits, de façon confidentielle.

Deux nĂ©o-nazis ultra-violents, poursuivis pour des actes criminels, se promènent armĂ©s Ă  Paris – alors qu’ils sont sous contrĂ´le judiciaire et interdits d’aller dans la capitale –, ils passent la soirĂ©e avec un gradĂ© de la police, avant d’assassiner un homme par balles. Relisez cette phrase. Mesurez en la gravitĂ©. Et interrogez vous sur le fait que la totalitĂ© des mĂ©dias nationaux ont organisĂ© une omerta sur cette affaire. Ça se passe en France, en 2022.


Source : https://www.quinzemondial.com/actualites/mort-de-federico-aramburu–de-nouvelles-revelations–des-effets-de-la-police-retrouves-au-domicile-d-un-suspect-761252

RSS
News Letter
Instagram
0