Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🚛 LE GOUVERNEMENT VEUT INTIMIDER LE CONVOI DE LA LIBERTÉ

février 11, 2022

Blindés, « tracteurs anti-barricades » et milliers de policiers


Ă€ quelques semaines des Ă©lections prĂ©sidentielles, et dans un climat dĂ©sespĂ©rant de soumission gĂ©nĂ©ralisĂ©e dominĂ© par les «dĂ©bats» imposĂ©s par les mĂ©dias des milliardaires, la situation sociale pourrait se tendre. MobilisĂ©s par centaines de milliers sur les rĂ©seaux sociaux, des anonymes organisent un «convoi des libertĂ©s» inspirĂ© du Canada. Parmi les nombreuses revendications, le retrait du Pass vaccinal, le pouvoir d’achat, la colère contre le prix de l’essence, «l’accès Ă  la culture et Ă  la santé» : arrivĂ©e Ă  Paris ce weekend, avant de converger vers Bruxelles.

Ce vendredi matin de nombreux convois avec des centaines de vĂ©hicules roulent vers la capitale. Des Gilets Jaunes nantais, prĂ©sents dans le convoi breton Ă©voquent une file de vĂ©hicules de plus de 10 kilomètres partis de l’Ouest. Des images du Sud de la France montrent aussi une prĂ©sence nombreuse qui rappelle celle de l’automne 2018.

En parallèle, depuis quelques jours, le gouvernement tente de terroriser le mouvement. Le ministre de l’IntĂ©rieur a annoncĂ© une «grande fermeté». Le PrĂ©fet de Paris choisit la tension : il met en scène des rĂ©unions stratĂ©giques, prĂ©sente le dispositif et des vĂ©hicules utilisĂ©s, diffuse des informations sur les risques encourus en cas de manifestation…

D’ores et dĂ©jĂ , des effectifs importants sont dĂ©ployĂ©s aux pĂ©ages qui entourent Paris. Et comme en 2018, la gendarmerie se «tient prĂŞte Ă  dĂ©ployer ses vĂ©hicules blindĂ©s», notamment pour «pousser» des voitures qui bloqueraient des axes routiers, et «participer Ă  du maintien de l’ordre difficile, comme pendant la crise des gilets jaunes». 7200 policiers et gendarmes sont dĂ©ployĂ©s Ă  Paris pendant trois jours. «Des task forces composĂ©es de policiers de la prĂ©fecture de police, d’unitĂ©s de forces mobiles, d’engins d’enlèvement ont reçu des consignes de fermetĂ© et pourront se projeter sur d’éventuelles tentatives de blocage». «Dans le cadre du dispositif de maintien de l’ordre mis en place, les BRAV-M sont d’ores et dĂ©jĂ  pleinement mobilisĂ©es» explique la prĂ©fecture.

Quoiqu’on pense de ce nouveau mouvement hĂ©tĂ©roclite, il semble dĂ©ranger le pouvoir Ă  la veille de la prĂ©sidentielle et pourrait bien remettre sur le devant de la scène des revendications liĂ©es aux libertĂ©s et au partage des richesses, alors que les thĂ©matiques les plus abjectes dominent le dĂ©bat. Sur la forme, c’est bien le blocage des flux et de l’Ă©conomie qui dĂ©range profondĂ©ment le système. La rĂ©action du prĂ©fet de Paris le dĂ©montre. Mais ces intimidations pathĂ©tiques dĂ©courageront-elles des personnes prĂŞtes Ă  faire des milliers de kilomètres de façon auto-organisĂ©e pour protester ?

Ă€ suivre ce week-end.