Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

11 MAI À NANTES : SOLIDARITÉ DÉCONFINÉE

mai 11, 2020
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

Environ 400 personnes rassemblées en musique pour les “premières lignes”

Le rassemblement annoncé à Nantes comme dans de nombreuses villes ce lundi soir, premier jour du déconfinement, comportait de nombreuses inconnues. Qui allait braver les craintes sanitaires et sécuritaires ? Quelle seraient les réactions des forces de l’ordre ? Quelles seraient les expressions après deux mois de réclusion ?

Finalement, ce sont plusieurs centaines de personnes qui s’éparpillent devant le CHU de Nantes à partir de 19H. Une affluence inattendue dans un centre-ville quasiment désert, balayé par des bourrasques de vent, signe de l’écho de l’invitation qui circulait. Sur la pelouse, une batucada rose donne du rythme, suivie de chorales de lutte, alors que des pancartes et des banderoles sont déployées. Il y a des personnes de tous les ages. On croise des syndicalistes de l’énergie venus en tenue de travail. Il y a des retrouvailles masquées, saluts du coude ou du pied, sourire qu’on devine derrière le tissu. Globalement, une joie retrouvée en éprouvant le sentiment d’être ensemble.

Après 20H, les différentes grappes éparses se rassemblent pour aller au niveau de l’entrée Est de l’hôpital. Des soignants ont déployé une banderole “Merci pour le soutien”. Différents slogans résonnent, des classiques Gilets Jaunes à l’exigence de moyens pour l’hôpital. Des infirmières de plus en plus nombreuses sortent saluer le rassemblement, prendre des photographies, échanger des sourires et applaudir. Moment chaleureux. Certains improvisent un apéro. Une danse est esquissée sur la voie de tram. L’ambiance est bonne, puisque la police reste à distance.

Alors qu’une partie des personnes se disperse, une moitié des participants et participantes partent en défilé. Le cortège est diffus, distances de sécurité oblige. Il s’étend sur le Cours des 50 otages au rythme des percussions. La rue est aux manifestants, dans ce désert urbain. Devant la préfecture, alors que les forces de l’ordre enfilent cagoules et casques, tout le monde rentre chez soi. Avec l’intention de se retrouver bientôt.

25k
fb-share-icon156695
27k
Cette article a 140 vues
velit, elit. ipsum id, nunc massa