Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

💥20 DÉCEMBRE 1973 : UN FASCISTE ENVOYÉ SUR ORBITE À MADRID

décembre 23, 2021

– Le groupe ETA fait voler la voiture du successeur de Franco au dessus d’un immeuble –

C’Ă©tait il y a quasiment 48 ans jour pour jour. Madrid, 20 dĂ©cembre 1973 : l’amiral Carrero Blanco, chef du gouvernement dictatorial espagnol, se dĂ©place dans la capitale. Une explosion a lieu sous le vĂ©hicule, d’une telle puissance qu’il s’envole sur six Ă©tages, passe au dessus d’un immeuble et atterrit sur un balcon de l’autre cĂ´tĂ© du bâtiment. Une charge de dynamite avait Ă©tĂ© placĂ©e sous la route par le groupe basque ETA, en pointe dans le combat contre la dictature militaire franquiste.

Contrairement Ă  Hitler et Mussolini, la dictature espagnole s’est maintenu après la seconde guerre mondiale. Le GĂ©nĂ©ral Franco avait Ă©crasĂ©, au prix de centaines de milliers de morts, la RĂ©publique espagnole Ă  partir de 1936. Le coup d’État avait Ă©tĂ© soutenu par le Troisième Reich et les fascistes italiens, alors que la gauche espagnole avait Ă©tĂ© abandonnĂ©e par les dĂ©mocraties europĂ©ennes. Mais dans les annĂ©es 1970, la dictature commence Ă  se fissurer. Il y a des grèves, des manifestations, des actions de rĂ©sistance … Franco rĂ©prime fĂ©rocement. Des anarchistes et communistes sont arrĂŞtĂ©s, torturĂ©s, et mĂŞme exĂ©cutĂ©s par la technique particulièrement barbare du « garrot », un Ă©crasement progressif de la gorge. Le Pays Basque, territoire insoumis, est sous Ă©tat d’urgence : l’armĂ©e patrouille, terrorise, tue. Le dictateur est vieux, mourant, mais il a dĂ©signĂ© son successeur : le militaire Carrero Blanco.

C’est dans ce contexte que l’organisation d’extrĂŞme gauche et indĂ©pendantiste basque ETA – Euskadi Ta Askatasuna pour « Pays basque et libertĂ© » – dĂ©cide d’en finir avec l’hĂ©ritier politique de Franco. 4 jeunes louent un sous-sol de la rue Coello Ă  Madrid, par oĂą passe rĂ©gulièrement Carrero Blanco, sur le trajet entre le domicile du militaire et l’Ă©glise qu’il frĂ©quente. L’Ă©quipe creuse un tunnel de 8 mètres de long sous la route, prĂ©pare une charge explosive, et relie le tout par un dispositif. L’opĂ©ration baptisĂ©e « Ogre », d’abord reportĂ©e, est mise en Ĺ“uvre le 20 dĂ©cembre. Les hommes qui pressent le dĂ©tonateur sont dĂ©guisĂ©s en travailleurs de la compagnie d’électricitĂ©. La voiture de l’amiral atteint la zone « idĂ©ale », un contact Ă©lectrique fait sauter la voiture.

Dans les jours qui suivent, la gauche institutionnelle se « dĂ©solidarise » de cette action de rĂ©sistance spectaculaire, et parle d’une « provocation », puis d’un geste « irresponsable ». La dĂ©solidarisation est une vieille tradition Ă  gauche. Pourtant, la mort de Carrero Blanco a des consĂ©quences dĂ©cisives : la dictature est privĂ©e d’hĂ©ritier politique, et une partie de la population se rĂ©jouit de la disparition d’un dignitaire du rĂ©gime sanguinaire. Deux ans plus tard, Franco meurt, et c’est la transition vers un rĂ©gime « dĂ©mocratique ». Le Franquisme disparaĂ®t, mais la rĂ©pression de l’Etat espagnol contre les basques et les catalans continue …

Le slogan «Et hop… plus haut que Carrero !» devient populaire de l’autre cĂ´tĂ© des PyrĂ©nĂ©es pour ironiser sur la mort du fasciste, mais aussi dans certaines manifestations en France. Signe que l’histoire n’est pas encore rĂ©glĂ©e : la justice espagnole a condamnĂ© en 2017 une jeune femme qui avait tweetĂ© ce slogan antifasciste.