Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

ASSASSINAT PAR BALLES EN PLEIN PARIS : UN NÉO-FASCISTE RECHERCHÉ

mars 20, 2022

Scène de terreur samedi matin vers 6h près du boulevard Saint-Germain à Paris. Alors que deux stars du rugby rentrent à leur hôtel, une jeep passe devant eux. Des coups de feu sont tirés. L’ancien rugbyman international argentin Federico Martín Aramburú, 42 ans, père de famille, est abattu et décède peu après, après avoir reçu 5 balles. Un hommage lui a été rendu hier soir, au stade de France.

À l’origine de ce règlement de compte armé ? Une simple embrouille dans un bar. Après une première altercation entre deux hommes et les deux professionnels du rugby, les agresseurs seraient revenus à trois dans un véhicule pour abattre les victimes.

Les images des caméras de surveillance ont permis d’identifier le tueur. Il s’agirait de Loïk le Priol, un militant fasciste du Groupe union défense – GUD – connu pour son ultra-violence. Le Priol est un ancien militaire des commandos marine. Cet individu avait notamment lancé sa marque de vêtement, «babtou solide certifié», marqueur d’extrême droite, obsédé par la virilité et la force des «blancs».

En 2016, Loïk le Priol avait été poursuivi pour un acte de torture et de barbarie : avec ses camarades fascistes, ils s’étaient filmés en train de tabasser, humilier et torturer un de leurs anciens amis du GUD : Édouard Klein. Les images du supplice n’avaient été diffusées que partiellement par Médiapart tant elles sont insoutenables. Dans cette affaire, la caution qui a servi à libérer l’un des tortionnaires avait été payée par Axel Loustau, un élu Rassemblement National très proche de Marine Le Pen.

Plus préoccupant : le soir de l’assassinat de Federico Martín Aramburú, un témoin, prestataire de l’établissement de nuit, explique que Loïk le Priol a exhibé un brassard de la police avant de le ranger. D’où vient ce brassard ? Et l’arme utilisée ?

Les fascistes s’arment, s’entraînent, entrent dans l’armée ou la police. Et passent à l’acte. Les mettre hors d’état de nuire est une priorité vitale.