Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

CAPITALISME, SEXISME ET LUTTE DE CLASSE : UN CAS D’ÉCOLE

mars 24, 2021

– Rozenn est menacée de licenciement pour avoir lutté contre les logiques sexistes de Chronodrive –

Étudiante à l’université de Toulouse – Le Mirail, Rozenn est, comme beaucoup, obligée de travailler en parallèle de ses études. Salariée à Chronodrive, elle est aussi militante anticapitaliste au NPA et décide de se syndiquer afin de ne pas seulement subir sa situation et gagner en puissance collective. La première section syndicale CGT Chronodrive est née.

Mais dans le groupe Mulliez comme ailleurs, le sexisme fait des ravages et les femmes subissent pressions, harcèlement et violence de la part de leur hiérarchie. Les cadences et les conditions de travail harassantes pourrissent la vie des employées. Rozenn accompagne deux employées qui dénoncent des pratiques sexistes lors d’un entretien avec la direction, qui sera obligée de mener une enquête interne (bien vite enterrée).

Face au risque d’organisation collective de ces employé-es précaires (70 % de contrats étudiants), l’entreprise préfère couper la tête du mouvement avant qu’elle ne l’ouvre trop. Rozenn est mise à pied suite à un tweet dénonçant le gaspillage alimentaire de sa boîte : https://twitter.com/KevelRozenn/status/1364712636181606401…

Cette « atteinte à l’image commerciale » de l’entreprise est insupportable pour la direction, qui voit le spectre d’une baisse de ses parts de marché. Chronodrive ne nie pourtant pas le gaspillage, c’est juste qu’il ne faut pas en parler, ne pas s’organiser, ne pas l’ouvrir quand on est précaire.

Privée de salaire depuis le 6 mars, Rozenn est heureusement soutenue par ses camarades qui prévoient une grève massive dans l’entreprise le 27 mars prochain. Une pétition est aussi en ligne, déjà signée par 21000 personnes : https://www.change.org/p/chronodrive-non-au-licenciement-de…

Face à la menace d’une grève massive et un mauvais coup de com’ Chronodrive décide, le 20 mars, d’offrir des bouteilles de whiskey aux employé-es. Une façon de quémander la gentillesse des précaires que l’entreprise maltraite le reste de l’année. Rien que pour ce mépris, cette incompréhension du mal-être de la population, du ras-le-bol qui s’exprime, Chronodrive mérite une grève massive, populaire et antisexiste. Ça commence le 27 mars au Chronodrive de Basso Cambo à Toulouse, espérons que ça ne soit qu’un début. À suivre !

Une source : https://www.leparisien.fr/…/une-employee-de-chronodrive-ris…

25k
fb-share-icon171262
27k
Cette article a 1 008 vues