Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

«DÔME DE CHALEUR» EN INDE ET AU PAKISTAN : PLUS DE 50° FIN AVRIL

avril 28, 2022

Des zones qui risquent d’être bientôt inhabitables


➡️ Un «dôme de chaleur» en Inde et au Pakistan au mois d’avril : les températures vont dépasser les 50°C d’ici la fin de la semaine par endroits. Une chaleur mortelle. Une forte canicule touche actuellement un milliard de personnes. Selon les services météorologiques locaux, 47°C ont ainsi été enregistrés à Dadu, au Pakistan, et 45,1°C à Barmer, en Inde. Depuis maintenant deux mois, ces deux pays sont confrontés à des températures anormalement élevées pour la période de l’année. Le record de 50,8° devrait être dépassé ces prochains jours, alors que l’Inde a enregistré son mois de mars le plus chaud depuis l’existence des mesures de températures.

➡️ En 2019, l’Inde avait connu 32 jours de canicule, atteignant le record de la pire canicule enregistrée dans le pays, en 1988. Ces températures extrêmes étaient liées à une mousson tardive qui se traduit par une sécheresse d’une grande ampleur sur toute l’Inde. Sauf que c’était pendant l’été. En 2022, le plafond explose dès la fin avril !

➡️ En 2017 des experts alertaient déjà sur le fait que «l’Asie du Sud pourrait devenir inhabitable d’ici à 2100». Selon les scientifiques, «l’augmentation des températures et de l’humidité en été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l’organisme humain à survivre». En effet, si le corps humain peut réguler sa température dans un climat chaud et sec, il ne peut survivre dans un climat très humide et caniculaire : il ne peut plus suer et donc se refroidir. Ce serait le cas en Inde.

➡️ «Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d’ici seulement quelques décennies dans des régions d’Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l’Indus et du Gange, d’importantes régions de production agricole» détaillait le rapport. 5 ans plus tard seulement, nous y sommes déjà. Cela n’a pas mis des décennies mais quelques années.

Le désastre est là. Révolution immédiate ou suicide collectif ? C’est la question de notre temps.

RSS
News Letter
Instagram
0