Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

DRAME DU PUY-DE-DÔME : LE PROFIL DU TUEUR

décembre 24, 2020

Mardi 22 décembre dans la nuit, un homme qui agressait sa femme ouvrait le feu sur des gendarmes appelés à l’aide. Trois d’entre-eux étaient tués. Un drame terrible, et pourtant, le profil du tueur est très peu mis en avant :

– Un ancien militaire
– Un catholique extrémiste
– « Survivaliste » qui s’entraînait dans des réseaux proches de l’extrême droite pour se préparer à la fin du monde
– Il pratiquait le tir de compétition
– Il était lourdement armé avec un arsenal de guerre, et a été retrouvé avec des couteaux à la ceinture
– Il a utilisé un fusil AR-15 avec silencieux et visée laser, ce qui explique le terrible carnage
– Il avait déjà eu des accès de violences, notamment lors d’un dîner entre amis «il avait une arme sur lui. Il avait aussi un peu bu et il a tiré deux coups de feu en l’air. On n’a pas compris pourquoi».
– La femme du tueur était visiblement terrorisée par cet homme, selon une témoin : «ça se voit quand une femme a peur d’un homme. Il y a un regard qui ne trompe pas. Le jour où il y a eu ce repas, il y a eu ce regard.»

Tous les ans, près de 150 femmes sont tuées par leur conjoint en France. Ces féminicides causent plus de morts que le terrorisme. Ce sujet crucial est peu évoqué dans le traitement des événements récents. De même, la couleur politique du criminel est totalement absente, comme pour occulter une dimension gênante. En France, de nombreux clubs survivalistes remplis de militants d’extrême droite, s’entraînent en vue de la fin du monde. En toute impunité, alors même que la police politique espionne les moindres faits et gestes des opposants.

Comment un tel individu a-t-il pu accumuler un tel arsenal sans éveiller aucun soupçon ? Pourquoi ne parle-t-on pas de l’armement massif des groupes d’extrême droite ces dernières années ? Pourquoi ne parle-t-on pas des passages à l’acte meurtriers de nombreux hommes sexistes ? Quel serait le traitement médiatique si le tueur avait un autre nom, une autre religion, ou d’autres opinions ?

25k
fb-share-icon171262
27k
Cette article a 864 vues