Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🔴 ESPRIT CHARLIE : LA POLICE VEUT CENSURER UN DESSIN DE CHARB, ASSASSINÉ PAR LES TERRORISTES 🔴

novembre 17, 2021

– Si ce dessin est retirĂ©, alors la police française aura rĂ©ussi ce que les terroristes n’ont pas obtenu : supprimer un dessin satirique –

Cancel culture : la police française traque toutes les expressions qui pourraient la critiquer, voire mĂŞme blaguer contre elle. Etat d’esprit des annĂ©es 1930. Les syndicats de policiers tentent d’interdire des chansons, des slogans, des affiches anti-rĂ©pression, et plus rĂ©cemment une bouteille de jus dont le design reprenait des graffiti de lycĂ©ens, et notamment l’inscription «acab». La police avait obtenu le retrait en quelques heures de ces bouteilles des rayons de Monoprix.

A prĂ©sent, le syndicat des Commissaires de la Police Nationale s’attaque Ă  l’Ă©tiquette d’une bouteille de vin repĂ©rĂ©e dans un magasin Ă  Nantes. Il tweete : « cette bouteille est en rayon chez Carrefour City Ă  #Nantes On y voit un dessin de #policier ivre, et la mention « le partenaire de mes bavures ». C’est une insulte Ă  une profession, et indigne de cette enseigne » et interpelle l’entreprise Carrefour, qui s’empresse de lui rĂ©pondre avec une soumission semblable Ă  celle d’un paillasson. Il existe donc des permanents syndicaux policiers, subventionnĂ©s, dont le travail consiste Ă  traquer les produits « non conformes » Ă  l’idĂ©ologie rĂ©pressive dans les grandes surfaces.

Problème : cette Ă©tiquette a Ă©tĂ© dessinĂ©e par Charb, cĂ©lèbre dessinateur de Charlie Hebdo, assassinĂ© le 7 janvier 2015 par les djihadistes. En effet, ce vin est produit par un ami de l’ancienne Ă©quipe de l’hebdomadaire satirique : le vigneron GĂ©rard Descrambe, de Saint-Sulpice-de-Faleyrens. Les dessinateurs de Charlie rĂ©alisaient depuis les annĂ©es 1990 les Ă©tiquettes de ses bouteilles. Un article du quotidien local Sud Ouest publiĂ© juste après les attentats donne la parole au vigneron : «J’ai dĂ©jĂ  vu partir Reiser, Cavanna, maintenant Tignous, Wolinski, Charb, Cabu et les autres. C’est une grande partie de ma vie qui s’en va. Pendant des annĂ©es, je montais le plus souvent possible pour participer aux bouclages et aux soirĂ©es qui suivaient». L’article poursuit : «en 1995, une Ă©tiquette Ă©tait signĂ©e Charb. Un policier au gros nez rouge lève son verre de Barrail des Graves et clame : « Le partenaire de mes bavures. »  »Tout ça c’est ‘Charlie’. L’humour, c’est la forme ultime du dĂ©sespoir. » » En effet, Charb, comme SinĂ© ou Cabu, ont très souvent dĂ©noncĂ© les violences policières, et caricaturĂ©, parfois fĂ©rocement, la police et l’extrĂŞme droite. Pour les autoritĂ©s, il y aurait donc les « bonnes » caricatures, celles qui se moquent de l’Islam, et des « mauvaises », celles qui visent la police et les puissants.

La police s’attaque donc Ă  un dessin de Charlie Hebdo. Une Ă©tiquette rĂ©alisĂ©e par un homme qui, justement, a Ă©tĂ© assassinĂ© pour ses dessins. Si cette Ă©tiquette est retirĂ©, alors la police française aura rĂ©ussi ce que les terroristes n’ont pas obtenu : supprimer un dessin satirique. Reste-t-il une diffĂ©rence entre la censure d’extrĂŞme droite, le totalitarisme des djihadistes et celle rĂ©clamĂ©e par les syndicats policiers ? Jusqu’oĂą ira le fascisme policier ? Cette nouvelle affaire a le mĂ©rite de poser la question.


L’interview du vigneron : https://www.sudouest.fr/…/charlie-de-vrais-obsed-es-du…