Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🔴 FASCISTES, INTÉGRISTES, DJIHADISTES, LES FACES D’UNE MÊME PIÈCE

octobre 19, 2020

Alors que le terrible assassinat d’un professeur commis par un individu fanatisé provoque un déchaînement raciste et autoritaire en France, quelques rappels utiles :

➡️ En 2011, l’extrême droite catholique appelle à faire interdire une pièce de théâtre à Paris jugée « blasphématoire ». A l’appel d’un groupuscule baptisé Civitas, des centaines de pétainistes, néo-nazis et intégristes manifestent dans la capitale. Il y a des curés en soutanes traditionalistes, des crucifix, des drapeaux royalistes et … des islamistes. Notamment des militants du groupe « Forsane Alizza » qui crient pour défendre Issa – Jésus dans le Coran – qui cotoient donc la crème de l’extrême droite radicale, notamment le GUD ou le néo-nazi Alexandre Gabriac.

➡️ 2015, un djihadiste commet un massacre antisémite dans le sillage de l’attaque du journal Charlie Hebdo. Il s’avère que les armes utilisées par le tueur ont été fournies par … un néo-nazi de la région lilloise également indicateur de police : Claude Hermant.

➡️ 2020, un jeune homme de 18 ans d’origine Tchéchène décapite un professeur d’histoire en pleine rue. Un crime atroce, commis par un très jeune homme, venu d’un pays bouleversé par la guerre, et assurément manipulé et motivé par des idéologues. Derrière la campagne menée contre le professeur tué, on trouve notamment le prédicateur Abdelhakim Sefrioui, une figure connue de l’islam radical, violemment antisémite. Il a justement fréquenté le groupe « Forsane Alizza » … Mais aussi les réseaux proches d’Alain Soral, qui se revendique ouvertement « national-socialiste ». Sefrioui était en contact avec des groupes négationnistes et fascistes.

Alors qu’on entend les médias se déchainer contre les immigrés et les musulmans, que des politiciens répandent l’expression “islamo-gauchiste”, il faut rappeler que l’extrême droite, les fascistes et les djihadistes ne sont pas ennemis. Ce ne sont pas des camps opposés qui lutteraient l’un contre l’autre, mais les deux faces d’une même pièce. Ils se nourrissent, s’entretiennent, sèment la haine et la peur pour brutaliser le climat social.

Ils partagent un projet commun mortifère : une société totalitaire, sexiste, réactionnaire, sans libertés. Les charognards qui tirent profit des attentats sont les mêmes qui créent le terreau de l’obscurantisme, et en sont parfois les complices directs. Face à cet engrenage macabre, les solidarités sont indispensables.

25k
fb-share-icon171262
27k
Cette article a 487 vues
porta. suscipit lectus leo. quis, odio luctus sit Nullam venenatis