Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🦺GILETS JAUNES, SAISON 2 ?

octobre 16, 2021

Des dizaines d’actions ont eu lieu dans toute la France ce samedi –

Le 17 novembre 2018, brusquement, un surgissement faisait voler en Ă©clats le rĂ©el. Personne n’avait vu venir cet Ă©vĂ©nement politique ni imaginĂ© sa puissance. La France invisible dĂ©barquait en jaune fluorescent sur les ronds-points, le long des voies, sur les pĂ©ages, et jusqu’au cĹ“ur des mĂ©tropoles. Elle partageait une colère sourde contre la vie chère, les fins de mois difficiles, l’injustice sociale, l’injustice fiscale et le mĂ©pris des gouvernements. Par ses pratiques offensives et diverses, son imprĂ©visibilitĂ©, son organisation horizontale, l’onde insurrectionnelle terrifiait le pouvoir, le faisait mĂŞme vaciller. Les Gilets Jaunes ne sont alors matĂ©s que par une rĂ©pression militarisĂ©e, des mutilations par dizaines et des milliers d’arrestations.

Ce samedi 16 octobre 2021 nous serions au 160ème acte de cette mobilisation sans prĂ©cĂ©dent. Seule la pandĂ©mie a suspendu pour de bon le grondement persistant. Mais la rĂ©alitĂ© de l’injustice sociale et fiscale, cette guerre sociale des possĂ©dants contre le reste de la population n’a fait que s’accentuer de façon exponentielle. Attaques liberticides, destruction du système de santĂ©, du code du travail, prix des denrĂ©es de bases : tout est pire qu’en novembre 2018.

Pendant la « trĂŞve » permise par le Covid, le gouvernement a commandĂ© et prĂ©parĂ© tout un arsenal de guerre, bien conscient d’un potentiel retour de rĂ©volte, notamment en Gilets Jaunes ou pas. Tout en dĂ©membrement mĂ©thodiquement les biens communs. L’Ă©pisode Ă©pidĂ©mique aura dĂ©montrĂ© que les Gilets Jaunes avaient raison. L’expression de la colère et de la rage accumulĂ©e montant de toute part est dĂ©sormais de nouveau visible. Ce samedi, après quelques jours seulement d’organisation sur les rĂ©seaux sociaux, des dizaines de ronds-points sont rĂ©occupĂ©s, une gare a Ă©tĂ© envahie, un pĂ©riphĂ©rique bloquĂ©, des manifestations ont eu lieu. Ce n’est pas le grand retour, comme lors de l’Acte 1, mais ce rĂ©veil est loin d’ĂŞtre insignifiant dans la pĂ©riode. Les sans voix de la dĂ©mocratie prise en otage dans un jeu truquĂ© vont s’exprimer de plus en plus fort, en cette pĂ©riode prĂ©Ă©lectorale.

Au point culminant de l’acte 3, nous avons Ă©prouvĂ© dans nos corps la puissance collective : celle de se rendre ingouvernables. Celles et ceux qui l’ont senti ne l’oublieront jamais. Le pouvoir est illĂ©gitime. Il gouverne sur un volcan.

đź“· : la banderole parisienne ce samedi