Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

INVERSION DU RÉEL

juin 20, 2020

L’ignominie du jour. A la veille de la fête de la musique, le bulletin préfectoral parfois appelé “Ouest-France” réussit le tour de force de plaindre les policiers nantais pour qui il serait “compliqué de travailler” à cause de la mort de Steve. Les mots ne suffisent pas pour qualifier une telle inversion du réel.

Dans l’article, des policiers se plaignent notamment de ne devoir “éviter d’afficher leur profession” en privé, que leurs enfant ont “honte” de leur travail, et qu’ils sont rejetés. S’il est si douloureux de contribuer à une institution violente et impunie, rien ne les empêche de démissionner.

Contrairement à ce que prétend l’article, la mort tragique de Steve n’a absolument pas empêché la police nantaise de continuer à réprimer avec une brutalité extrême. Quelques jours seulement après sa disparition, un manifestant était par exemple étranglé par la BAC en plein centre-ville devant témoin.

Imaginons les prochains titres possibles dans Ouest-France :

• Les morts de la police coupables du mal-être des forces de l’ordre

• Témoignage émouvant : Gérard, qui a éborgné un manifestant, “ne comprend pas pourquoi les gens ne me voient plus comme avant”

• Les victimes de contrôles au faciès priées de se taire pour ne pas heurter la sensibilité des agents racistes

• Ce tueur en série vit mal le fait d’avoir perdu son travail

• Enquête sur ces anciens pétainistes qui dorment mal en se souvenant des déportations

• Un manifestant poursuivi pour dégradation après avoir laissé son sang sur une matraque

25k
fb-share-icon156695
27k
Cette article a 816 vues
luctus sit elementum ut Donec efficitur. Phasellus