Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🔴LE COMMANDANT DE CRS QUI A FRAPPÉ MÉLANIE RELAXÉ PAR LA JUSTICE

décembre 16, 2021

– « GO CRS » : auteur de multiples violences, couvert par la justice et récompensé par le pouvoir –

Il avait tabassĂ©, de dos, MĂ©lanie, qui manifestait lors d’une manifestation de Gilets Jaunes en avril 2019. Dominique Caffin, commandant de CRS, est relaxĂ© ce jeudi 15 dĂ©cembre. La justice estime qu’il avait un usage « nĂ©cessaire et proportionnĂ© » de la force.

Pourtant les faits sont accablants et injustifiables : une vidĂ©o montre l’intĂ©gralitĂ© de la scène de violences. Des CRS chargent en hurlant. Parmi eux, le chef se dĂ©tache du peloton en courant matraque en l’air, et cogne brutalement MĂ©lanie, qui se trouvait sur son passage, dos Ă  lui. Il frappe de toute ses forces sur la tĂŞte de MĂ©lanie qui s’effondre immĂ©diatement au sol. Avant d’ĂŞtre enjambĂ©e par les CRS qui continuent de charger alors qu’elle est inanimĂ©e par terre. MĂ©lanie gardera des sĂ©quelles et un traumatisme psychologique.

Qui est ce policier ultra-violent et protĂ©gĂ© par les autoritĂ©s ? Dominique Caffin s’illustre par sa brutalitĂ© depuis des annĂ©es. Il est mĂŞme repĂ©rĂ© dans les cortèges parisiens, et surnommĂ© « GO CRS », car il porte sur sa tenue les lettres « GO » pour « groupement opĂ©rationnel ». Militariste, cogneur, il a Ă©tĂ© promu ces dernières annĂ©es : sur le terrain, il commande plusieurs compagnies, soit des centaines de policiers, et a exercĂ© de hautes responsabilitĂ©s durant le mouvement des Gilets Jaunes.

Il a Ă©tĂ© repĂ©rĂ© un soir de victoire du PSG, en 2017, sur les Champs ElysĂ©e : une vidĂ©o le montre, matraque en main, courir Ă  toute vitesse en tabassant les fĂŞtards au hasard. En 2016, il est prĂ©sent sur de nombreuses images, chargeant en première ligne, avec un zèle particulier contre les manifestants opposĂ©s Ă  la Loi Travail, et frappant avec une brutalitĂ© inouĂŻe, y compris des personnes au sol. C’est encore Dominique Caffin qui expulse violemment l’universitĂ© de Tolbiac occupĂ©e en 2018 par des Ă©tudiants et Ă©tudiantes. Le 1er dĂ©cembre 2018, lors de l’horrible tabassage de Gilets Jaunes pris au piège dans un Burger King Ă  Paris : il est encore lĂ  !

Un bon petit soldat du macronisme. Non seulement aucune sanction n’a Ă©tĂ© prise ni aucune enquĂŞte sĂ©rieuse Ă  son encontre, mais Dominique Caffin est mĂŞme rĂ©compensĂ© par le pouvoir : le 3 mai 2012 de l’ordre du mĂ©rite, le 14 juillet 2018 de la LĂ©gion d’honneur et le 16 juin 2019 de la mĂ©daille de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure « destinĂ©e Ă  rĂ©compenser les services particulièrement honorables notamment un engagement exceptionnel (…), et des actions revĂŞtant un Ă©clat particulier ».

Dans le cadre des violences contre MĂ©lanie, la justice avait tout fait pour Ă©touffer l’affaire depuis avril 2019 : le parquet avait notamment tentĂ© de classer la plainte. Lors de l’audience, Dominique Caffin est venu Ă  la barre en uniforme, avec ses dĂ©corations, comme pour justifier ses actes. Cette relaxe, malgrĂ© des preuves Ă©videntes, est donc le couronnement d’un système de violence et d’impunitĂ©. Lors du verdict, MĂ©lanie, originaire d’Amiens, a fondu en larme. Ses camarades ont quittĂ© la salle d’audience en criant « Pas de justice. Assez ! » Des larmes de rage.