Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🖌️LYON : POURSUIVIS POUR UNE PEINTURE

décembre 18, 2021

– Liberté d’expression –

Lyon : la ville est connue pour les violences d’extrême droite qui s’y déroulent régulièrement, en toute impunité. Pourtant, les autorités s’acharnent à réprimer les mouvements sociaux et antifascistes. Au mois de juillet, deux militants peignent une fresque en hommage à Carlo Giuliani, un jeune manifestant tué par la police italienne 20 ans plus tôt à Gênes, en juillet 2001. Une peinture, en hommage à un défunt, sur un mur autorisé.

Les peintres sont contrôlés, convoqués au commissariat, et placé en cellule pendant 36 heures ! Il ressortiront sous contrôle judiciaire renforcé, en attendant un procès en décembre. Il sont jugés pour « outrage et dégradation en réunion ». L’outrage parce qu’il y avait écrit ACAB et dégradation pour avoir peint sur un mur d’expression libre pour les graffeurs.

Ce procès a eu lieu hier. La procureure a demandé 1500e euros d’amende pour chacun pour « dégradation », alors qu’il s’agissait d’un mur d’expression libre, et relaxe pour l’outrage.

Les personnes jugées ont lu un texte devant les magistrats :

« Mes camarades nous rendions hommage à un militant italien assassiné par la police à Gênes en 2001. Nous sommes apparemment coupables d’outrage et de dégradation en réunion d’après une appréciation floue de la police municipale qui nous a contrôlés ce jour là. Le parquet suivra. Notre histoire et notre présence ici reflètent un sentiment d’impunité que possède la police française, car ils attaquent notre liberté d’expression. Et pourtant notre intention était de réunir les gens pour un hommage à Carlo.

C’est bien Brassens qui chantait je cite : « Dès qu’il s’agit d’rosser les cognes, Tout l’monde se réconcilie » L’expression artistique sur ce mur en hommage à une personne décédée a été profanée le lendemain par la police municipale de Lyon qui s’en est ventée sur Twitter.

Pourtant rien ne les outrageait, ni d’appel à la haine, nos anciens du Rap français, le groupe NTM chantaient je cite « Police machine matrice d’écervelé mandaté par la justice » et maintenant le film sur leur vie passe au festival de Cannes, acclamé par la bourgeoisie.

Donc je n’ai pas à me défendre aujourd’hui mais plutôt je dénonce avant tout, les violences policières et les crimes policiers et je continuerai à le faire tant qu’il n’y aura pas de justice pour les vraies victimes. Si j’avais su que pour une fresque artistique je me retrouverai sous contrôle judiciaire et en procès j’aurais écrit ”gare au gorille” ».

Le délibéré est fixé au 28 janvier 2022.

Plus d’infos : Groupe Antifasciste Lyon et Environs

RSS
News Letter
Instagram
0