Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

đź”´ PASS VACCINAL / PASS POLICIER : EN MARCHE VERS LE TOTALITARISME

décembre 28, 2021

Nous y sommes. En pleine pĂ©riode de fĂŞtes, le gouvernement accĂ©lère pour imposer Ă  toute vitesse son «Pass vaccinal». Le projet sera examinĂ© Ă  l’AssemblĂ©e dès mercredi 29 dĂ©cembre, pour ĂŞtre votĂ© par les dĂ©putĂ©s aux ordres dans quelques jours. Les mots ont un sens : il ne s’agit ni d’un «pass sanitaire», puisqu’il ne protège personne, ni d’un «pass vaccinal» : c’est un pass policier, un pass numĂ©rique, un pass totalitaire. ÉlĂ©ments d’analyse.

➡️ La pĂ©riode ressemble Ă  une expĂ©rience gĂ©ante de psychologie sociale. Les gouvernants semblent tester jusqu’oĂą ils peuvent aller. Jusqu’Ă  quel niveau d’absurditĂ© et d’autoritarisme sans provoquer de rĂ©action de masse. Le mensonge est Ă©rigĂ© en rĂ©gime politique. Et par Ă©tapes, car personne n’aurait acceptĂ© de telles mesures il y a encore quelques mois. Après avoir assurĂ© que le port du masque «ne servait Ă  rien», après nous avoir imposĂ© confinements et couvre-feu, après avoir jurĂ© qu’il n’y aurait ni vaccination obligatoire, ni pass sanitaire, le gouvernement imposait en plein Ă©tĂ© un pass qui ne devait durer que quelques semaines. Ă€ prĂ©sent il veut durcir le contrĂ´le numĂ©rique de la population, tout en continuant de dĂ©truire l’hĂ´pital public.

➡️ C’est une marche forcĂ©e vers une sociĂ©tĂ© de contrĂ´le total. «Les restaurateurs pourront effectuer des contrĂ´les d’identité», mais aussi les vigiles, les gĂ©rants de bars, et ensuite ? On envisage mĂŞme de scanner les usagers des transports en commun. Que la police puisse contrĂ´ler n’importe qui, n’importe quand, est dĂ©jĂ  un problème en soi, mais ce pouvoir extraordinaire rĂ©servĂ© aux «officiers de police judiciaire» sera donc Ă©largi Ă  l’infini. Ce «pass vaccinal» entĂ©rine une sociĂ©tĂ© de contrĂ´le gĂ©nĂ©ralisĂ©, oĂą une partie de la population se transforme en policiers, en dĂ©lateurs, en surveillants. Tout cela vient complĂ©ter la «loi de sĂ©curitĂ© globale», les drones, les lois anti-terroristes… Maintenant que les dispositifs de contrĂ´le rentrent dans la sphère intime et dans les corps mĂŞmes, il n’est plus exagĂ©rĂ© de parler de totalitarisme doux.

➡️ Tout le monde le sait dĂ©sormais, le vaccin n’empĂŞche pas la propagation du Covid et de ses variants. Pour justifier les restrictions de libertĂ©, la mĂ©diatique mĂ©decin Karine Lacombe affirmait pourtant il y a un an : «il suffit que la couverture vaccinale atteigne 50 Ă  60% pour que l’intĂ©gralitĂ© de la population soit immunisĂ©e». Le pass sanitaire reposait sur un mensonge, le vaccin protège les personnes fragiles mais il ne fera pas disparaĂ®tre la pandĂ©mie. Le PDG de BioNTech, qui travaille sur les vaccins Pfizer, explique au journal Le Monde «nous devons ĂŞtre conscients que mĂŞme les triple-vaccinĂ©s sont susceptibles de transmettre la maladie» ou encore «il est Ă©vident que nous sommes loi des 95%» d’efficacitĂ©. Le mĂŞme admet «une baisse très rapide de l’efficacitĂ©, mĂŞme après trois doses. Après trois mois, celle-ci retombait Ă  25%». L’OMS explique que «la vaccination des enfants devrait faire l’objet d’une discussion et ĂŞtre envisagĂ©e Ă  l’échelle nationale, dans le cadre de mesures de protection des Ă©coles» et son reprĂ©sentant demande de ne «pas imposer la vaccination sans avoir d’abord pris contact avec les communautĂ©s concernĂ©es», estimant que «l’obligation vaccinale est vraiment une mesure de dernier recours». Alors quel est l’horizon ? Une vaccination tous les deux ou trois mois, sous peine de se voir retirer brutalement, numĂ©riquement, de nombreuses libertĂ©s fondamentales ?

➡️ Si la mesure est votĂ©e, un «Pass vaccinal» sera obligatoire dès 12 ans. Est-ce que tout le monde se rend bien compte de ce qu’est une sociĂ©tĂ© qui se mĂ©fie des enfants ? Que des adolescents vont grandir en se faisant scanner pour des activitĂ©s du quotidien ? Que des mineurs ne pourront plus accĂ©der Ă  des activitĂ©s normales s’ils ne reçoivent pas au moins trois vaccins ?

➡️ Nous subissons une accĂ©lĂ©ration vers l’inacceptable. Le Conseil d’État s’en rend bien compte, et fait mĂŞme mine de s’inquiĂ©ter : selon l’institution, «interdire l’accès aux bus, trains et avions aura pour consĂ©quence de porter une atteinte substantielle Ă  leur libertĂ© d’aller et venir et Ă  leur droit au respect de la vie privĂ©e et familiale». Le mĂŞme Conseil donne son feu vert pour les «activitĂ©s de loisirs, sĂ©minaires et salons professionnels». Le gouvernement opte pour une stratĂ©gie de chaos, de sĂ©cession vis Ă  vis d’une partie de la population, pour masquer son bilan catastrophique. Aujourd’hui, ce sont celles et ceux qui n’ont pas trois doses, et demain ? Tout est dĂ©jĂ  en place, il suffit d’un clic, d’un algorithme ou d’un dĂ©cret pour Ă©tendre ces mesures.

➡️ Alors que le principe mĂŞme de la politique – l’organisation de la CitĂ© – se fonde sur le doute, le scepticisme et l’esprit critique, il est devenu impossible de poser une question. Pas de nier ni de contester, non : interroger le Pass sanitaire ou le confinement vous classe dĂ©jĂ  comme «complotiste», comme un ennemi. Comme si obĂ©ir aux dĂ©cisions irrationnelles et contradictoires de dirigeants qui mentent en permanence Ă©tait un gage de raison et de bon sens.

➡️ OĂą sont les contre-pouvoirs ? Comme Ă  chaque moment dĂ©cisif, la gauche est du cĂ´tĂ© de l’ordre et de la trahison. Les dĂ©putĂ©s socialistes comptent voter le «pass vaccinal» et mĂŞme exiger le contrĂ´le de l’identitĂ© des salariĂ©s. La «gauche radicale» abandonne le terrain Ă  l’extrĂŞme droite. Au nom d’une prĂ©tendue «pureté», elle a dĂ©jĂ  dĂ©noncĂ© les Gilets Jaunes, puis les manifestations pour les libertĂ©s l’Ă©tĂ© dernier. Certains rĂ©clament mĂŞme des mesures encore plus autoritaires. La logique se fonde ici sur un principe binaire : «si mon ennemi s’oppose Ă  un projet quel qu’il soit, alors toute mobilisation contre ce projet sont ennemies», sans mĂŞme se demander si la cause initiale est juste. Ă€ ce rythme, l’idĂ©e mĂŞme de rĂ©volte sera bientĂ´t laissĂ©e aux fascistes, puisque certains fascistes se prĂ©tendent rĂ©voltĂ©s. Pendant ce temps, c’est l’opportuniste d’extrĂŞme droite Philippot qui appelle Ă  une mobilisation le 8 janvier qui risque d’ĂŞtre massive.

Que faire ? Sortir de la lĂ©thargie et de la sidĂ©ration et retrouver la raison. Un mouvement rĂ©volutionnaire peut-il rester impassible face Ă  l’avancĂ©e d’une sociĂ©tĂ© de contrĂ´le total, de police omniprĂ©sente, de traçage numĂ©rique et d’Ă©tat d’urgence infini ? Ă€ Trieste, en Italie, les dockers soutenus par la population ont bloquĂ© le port contre les mesures du gouvernement italien. Dans les Antilles, la paralysie de l’Ă©conomie a fait reculer temporairement le gouvernement français. Relevons la tĂŞte.