Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

PROPOS RACISTES DE DOUANIERS FRANÇAIS À DES ENFANTS UKRAINIENS : XÉNOPHOBIE D’ÉTAT AU QUOTIDIEN

mars 23, 2022

« Ça fait 25 ans que je fais ça »


Les images sont filmées par un passager du TGV inOui qui relie Barcelone à Paris, dimanche 20 mars. En gare de Perpignan le train, qui transporte plusieurs familles de réfugiés ukrainiens en transit, est le théâtre d’actes racistes commis par des agents de la douane. La vidéo a été publiée par le journal Le Parisien.

Faute de place dans le train, cinq mineurs ukrainiens ont été installés par les contrôleurs espagnols dans une autre voiture que le reste de leur famille. Mais en France, autre ambiance. En gare de Perpignan, les forces de l’ordre et les douaniers débarquent dans le train, à la recherche d’étrangers. Les enfants ne parlent ni anglais ni français. Le douanier se lâche. Il secoue un jeune ukrainien qui dort. Leur hurle dessus. Tient des propos racistes :

«Si eux sont Ukrainiens, moi je suis Suédois», «Dans 2 minutes, ils vont voler et vous aller vous plaindre».

Le fonctionnaire menace également un passager qui demande, poliment, aux agents de ne pas tenir de tels propos : «Vous n’avez rien à me dire», «ça fait 25 ans que je fais ça». Le train est immobilisé une demie heure, avant de repartir. «Quand le père a sorti les passeports ukrainiens, le douanier avait une tête dégoûtée», précise un autre passager. Et sinon ? Les enfants auraient probablement fini en camp de rétention.

Les contrôles racistes et les humiliations sont des actes habituels dans la police et la douane de Darmanin. Avec la guerre en Ukraine, le gouvernement fait semblant de vouloir accueillir les «réfugiés qui fuient les guerres». Mais les agents n’ont pas eu le temps de modifier leurs manières, ils n’ont pas encore réalisé qu’on était passé subitement de la chasse aux étrangers aux bienfaiteurs d’exilés ukrainiens.

Cet épisode n’est qu’une illustration du fonctionnement «normal» des institutions de notre pays, engagé dans une spirale pré-fasciste.