Nantes Révoltée

Actualités en direct, infos sur les luttes environnementales et sociales à Nantes et dans le monde

🏴 SOUVENIR DE CAMPAGNE : LE MEETING DE LE PEN CHAHUTÉ À NANTES EN 2017

décembre 7, 2021

– Histoire –

Une partie de la population semble tĂ©tanisĂ©e par la montĂ©e d’un candidat fasciste sponsorisĂ© par les mĂ©dias. Pourtant, il est possible de rĂ©sister, de ne pas se laisser dominer par l’agenda d’extrĂŞme droite. Il est possible de refuser d’avoir peur. Un peu d’histoire. C’Ă©tait il y a 5 ans Ă  Nantes, lors de la prĂ©cĂ©dente campagne Ă©lectorale, dĂ©jĂ  dominĂ©e par les thĂ©matiques d’extrĂŞme droite, et avec des mĂ©dias au service de Marine Le Pen :

➡️Le samedi 25 fĂ©vrier 2017 dans le centre-ville, plus de 6000 personnes manifestent contre le fascisme. Il y a des syndicalistes, des autonomes, des familles, de la dĂ©termination. La mairie de Nantes, qui a louĂ© le zĂ©nith Ă  Le Pen, est repeinte en rouge. La police doit reculer. C’est un gros succès populaire.

➡️Le dimanche 26 fĂ©vrier 2017, jour du meeting. Une opĂ©ration escargot a lieu sur le pĂ©riphĂ©rique pour perturber l’arrivĂ©e de l’extrĂŞme droite. Sur la 4 voies de Nantes Ă  Rennes, une barricade enflammĂ©e bloque la route. Plusieurs dizaines individus immobilisent les bus transportant les militants Le PĂ©nistes. Les vĂ©hicules sont repeints en blanc. « On aurait dit une attaque de diligence » explique un frontiste sous le choc. Le meeting de Marine Le Pen est un Ă©chec retentissant, avec Ă  peine 2000 participants.

➡️Dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 avril, plusieurs engins incendiaires et de la peinture atteignent le local du Rassemblement National. Il fermera peu après et ne rouvrira plus à Nantes.

Il n’y a aucune honte Ă  s’opposer Ă  l’extrĂŞme droite, Ă  agir contre elle. Les forces qui entourent Eric Zemmour et Marine Le Pen veulent littĂ©ralement installer une dictature fasciste, Ă©liminer les Ă©trangers, les opposants, les LGBT. Ces candidats bĂ©nĂ©ficient du soutien d’une partie des mĂ©dias et de la police. Leurs militants agressent, terrorisent, affichent leur nostalgie du nazisme ou de la monarchie en toute impunitĂ©. Nous sommes des millions Ă  refuser ce scĂ©nario de mort. Ignorer le phĂ©nomène ne suffira pas.